Espace de travail

Espace de travail

ME AND A GUN

Aux États-Unis, en mars 2005, un jeune adolescent est à l’origine d’une des tueries les plus meurtrières depuis celle, malencontreusement célèbre, de Colombine. Le texte qui suit en est inspiré et romancé.

Je pense à ce jeune de 16 ans du Minnesota. Un ado comme tout le monde, avec les mêmes problèmes d’adolescents; l’acné, se faire accepter, trouver un peu d’argent. La routine. Rien de nouveau. Seulement, au lieu de laisser passer et de vieillir un peu, seulement, lui, il a opté pour une tuerie pour régler ses comptes avec la vie.

Je pense au sang froid qu’il a gardé après avoir tiré sur ses grands-parents. Une fois ces deux meurtres commis, c’était parti. Plus le temps de regarder en arrière. Pendant que les sexagénaires devenaient viande froide, le jeune était en route pour commencer l’achèvement de son œuvre.

Son fusil bien loader, il est entré à l’école comme un vrai cowboy. Le Far West comme le connaît l’Amérique. Tirer à vu. Tirer sur le premier venu. Il a ainsi envoyé se loger quelques balles dans le corps d’un enseignant. Pas tout à fait mort, celui-ci est resté à gémir au sol pendant une bonne heure avant d’achever.

Ainsi, le carnage a débuté en beauté. Le jeune a tué aléatoirement et en cherchant précisément. Les deux méthodes sont bonnes, tant que l’on tire du gun. Il aurait même aimé trouver la fille qui n’avait pas voulu de lui dernièrement (un autre tueur pas assez cool). Il lui aurait fait payer de plombs son refus, mais bon, il n’est pas tombé dessus. Puis la police est arrivée trop tôt ou trop tard. Ça dépend du point de vue.

Dans son plan, tout était clair et précis jusqu’à cette scène : plus personne sur qui tirer et les policiers sur le point d’intervenir. Le plan était maintenant plus flou, même s’il savait que c’était comme ça que ça devait se terminer.

Pour la première fois, le jeune a eu peur. Il a quand même tourné le canon vers sa tête et juste avant d’appuyer, il s’est rassuré en repensant à tous ces grands qui l’avaient fait avant lui : « D’Hitler à Cobain » qu’il s’est dis. « Puis maintenant il y a moi ». Bang.